Tout un équilibre

Delfine Ferré et Patrick Rigault se sont rencontrés, il y a une dizaine d'années. Ces passionnés d'art et d'histoires ont pensé et réalisé ensemble de nombreuses manifestations
comme de « Dentelles en Dentelles » avec le Réseau Culture/Santé en Normandie. Chacun de leur côté ou ensemble, ils cheminent pour se retrouver à la Maison des Dentelles d'Argentan, à la Manufacture Bohin à Saint-Sulpice sur-
Risle, au Musée des Beaux-Arts d'Alençon, au Congrès de l'Organisation International de la Dentelle au Fuseau et à Aiguille, dans l'Eglise à Vitrai-sous-L'aigle, à l'Abbaye Royale de Cercanceaux à Souppes-sur-Loing...
De projets en expositions, de contes en  représentations, ils ont mis en commun leurs envies, leurs savoirs-faire avec cette nécessité de créer. L'outil Art leur permet d'être en relation
avec eux-mêmes, avec les autres et le monde.

 

Leurs pratiques plastiques interrogent  l'antagonisme des matériaux jusqu'à ce que  l’œuvre apparaissent comme par magie et révèle l'énergie vitale terrassant le néant et le chaos.
Delfine et Patrick ont chacun leur matériau de prédilection : du papier indéchirable et des douelles. Le papier résistant et fragile, évidé au cutter, se transforme en dentelles monumentales et forme une vague gigantesque. Les lames de fût en bois cintrées et galbées s'érigent en totems et suspensions tel un navire bravant un océan de papier.
Confrontés aux lois de la mécanique, l'installation s'habille de solutions stables pour trouver l'équilibre parfait entre vide et plein, fragile et solide, vertical et horizontal, féminin et masculin, hier et maintenant.
Du 6 mai au 2 juillet 2017, les Muséales de  Tourouvre accueille « Tout un Equilibre : d'un monde à
l'autre ». Cette installation contemporaine défie le temps ; elle nous ramène au XVIIème siècle pour mettre en scène de façon inattendue le voyage maritime des filles du Roy. Ces femmes adoptées et dotées par le roi de France, Louis XIV, ont en effet navigué jusqu'en Nouvelle France afin de s'y marier, y fonder un foyer et établir une famille pour coloniser le territoire.


Les Indiens du Canada en BD

Chaque été, Les Muséales de Toruouvre proposent une exposition qui s’adresse à tous, petits comme grand. Après Playmobile raconte l’histoire de la Nouvelle-France, l’expsoition estivale 2016 mettra également à l’honneur l’Amérique du Nord puisqu’elle est consacrée aux Indiens du Canada dans la bande dessinée.

 

L’une des salles du musée de l’Emigration française au Canada évoque la rencontre avec l’Autre, en l’occurrence les Amérindiens. Notre objectif est de mieux faire connaitre les modes de vie et les savoir-faire de ces populations. L'exposition de cet été s’inscrit dans ce cadre.

 

Souvent caricaturés par des personnages comme Yakari, Oumpah-Pah ou d’autres héros avec leurs grandes coiffes de plumes, les Amérindiens représentent en fait un ensemble de peuples aux réalités complexes et variées. Il n’y a pas un Amérindien mais une multitude de peuples autochtones avec leurs langues, leurs traditions, leurs coutumes, leurs croyances…Cette exposition met en valeur les Amérindiens du Canada et leur moyen de locomotion favori : le canot d’écorce.

 

Mise en scène autour d’un canot véritable, l’exposition rassemble plus d’une quarantaines de planches originales de l’artiste André Juillard et des reproductions de Jacques Terpant, Maryse et Jean-François Charles, Cromwell, Nicolas Debon ou encore Patrick Prugne. Loin de caricaturer les populations autochtones, ces dessinateurs mettent en valeur les Amérindiens et leurs canots d’écorce dans leurs albums.

 

Quelques objets amérindiens issus des collections du Musée de l’Emigration française au Canada viendront compléter l’exposition.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une exposition d’exception !

En savoir plus


Naïf et imaginaires

Tendresse et poésie du quotidien sont au rendez-vous dans les œuvres de ces deux artistes. Les toiles de Martha Kolodziej dialoguent harmonieusement avec les sublimes sculptures en métal de Jean-Alexandre Delattre. Une magnifique exposition regroupant une soixantaine d’œuvres (présentées dans la salle d'exposition temporaires et sur la pelouse) à découvrir absolument.


PLAYMOBIL® raconte l’histoire de la Nouvelle-France

Le déjeuner sur l'herbe, JC Callaud 2015
Le déjeuner sur l'herbe, JC Callaud 2015

 Du 27 juin au 1er novembre 2015


PLAYMOBIL®… en avant l’histoire de la Nouvelle France

Depuis 1974, PLAYMOBIL® est devenu un incontournable dans les chambres des enfants avec ses multiples univers. Depuis leur création, près de 2.7 milliards du mythique personnage de 7.5 cm ont été fabriqués. PLAYMOBIL® est le point de départ d’histoires infinies à inventer. En collaboration avec des collectionneurs privés, nous avons imaginé reconstituer les grandes heures de l’histoire de la Nouvelle-France grâce aux petits personnages. Plusieurs scènes seront reconstituées :

-      la pêche en atlantique nord  qui a engendré les premiers contacts avec le continent nord-américain et ses populations

-      la de Jacques Cartier dans le golf du St Laurent et la découverte du Canada

-      l’implantation des premiers colons, avec des scènes de défrichages des terres, de construction de maisons et d'un fort en bois, bref l’installation des Européens en Amérique du Nord

-      une reconstitution d’un couvent des ursulines afin d’évoquer l’évangélisation d’un continent

-      la mise en scène d’un village indien avec commerce des fourrures : la rencontre avec l’Autochtone

-      et pour finir une scène de bataille contre nos ennemis de toujours : les Anglais lors de la bataille des plaines d'Abraham qui a signé la fin de la colonie.

Une exposition à voir en famille !

Les Muséales de Tourouvre remercient très chaleureusement Rodolphe Leconte, Jean-Philippe Broussin, Cédric Chicot, ainsi que de l'association Generation Playmo qui nous ont prêtés les figurines qui composent l’exposition.

 

Infos pratiques

Plein tarif 5€, enfants et étudiants 3€, gratuits moins de 10 ans

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h


"Le déjeuner sur l'herbe ... 150 ans après"

Exposition collective de :

Yamada Akitoshi,

Nathalie Bizard,

Jean-Claude Callaud,

Christian Champagne,

Jean-Pierre Champdavoine,

Richard Harper,

Daniel Liard,

Marianne Monhée,

Karen Papacek,

Julien Penchenat

 

1er avril - 14 juin 2015

 

Quel est le point commun entre Yamada Akitoshi, Nathalie Bizard, Jean-Claude Callaud, Christian Champagne, Jean-Pierre Champdavoine, Richard Harper, Daniel Liard, Marianne Monhée, Karen Papacek, Julien Penchenat?
Ces dix artistes de talent amoureux du Perche ont relevé le défi des Muséales de Tourouvre. Nous leur avons proposé de revisiter la thématique du déjeuner sur l'herbe.

Le déjeuner sur l'herbe, JC Callaud 2015
Le déjeuner sur l'herbe, JC Callaud 2015

Depuis toujours, la copie des maîtres anciens est pratiquée par les artistes, afin de comprendre le langage des couleurs et des formes ou de rendre hommage à leurs prédécesseurs.

Manet lui-même avec « le déjeuner sur l’herbe » fait référence à Titien et Raphaël avec la volonté "d'inscrire le monde moderne dans la grande tradition". Lorsque Manet expose « Le Bain ou Le Déjeuner sur l’herbe » au Salon des Refusés en 1863, il se retrouve au centre de la controverse. En hommage ou en réaction, d’autres artistes reprennent cette thématique : Claude Monet d’abord en 1865 puis ce sera Picasso (entre 1945 et 1970), Alain Jacquet en 1964 ou plus récemment les artistes russes Vladimir E Dubossarsky et Alexander A Vinogradov en 2002.  

Le 1er déjeuner sur l'herbe, K. Papacek
Le 1er déjeuner sur l'herbe, K. Papacek

Les Muséales de Tourouvre ont lancé un pari audacieux à dix artistes reconnus vivant dans le Perche : reprendre cette thématique et nous présenter leur vision du déjeuner sur l’herbe. Ils ont pour seuls points communs de vivre dans le Perche et d’aimer cette région. Leurs origines, leurs formations, leurs techniques, les inspirations, leurs sujets de prédilection sont différents et pourtant ils se sont tous prêtés au jeu.

Dix artistes, dix visions très différentes : certaines toiles s'inscrivent dans la tradition et le classicisme, d'autres dans la modernité et le monde contemporain, d'autres encore dénoncent la société de consommation, certaines évoquent la tendresse et l'une d'elle réussit même à allier le déjeuner sur l'herbe avec l'histoire canadienne...


Cette exposition, coup de cœur des Muséales, est à voir absolument!



Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Champion (mercredi, 20 août 2014 15:08)

    Bonjour,

    Ne pouvant aller visiter l'exposition sur la libération de Tourouvre savez-vous s'il existe un livre retraçant ce passage de l'histoire de cette ville. Si oui pouvez-vous me communiquer le titre et l'auteur. Je vous en remercie à l'avance.
    Meilleures salutations.

    Mme Claudine Champion

  • #2

    Muséales (mercredi, 27 août 2014 15:42)

    Madame,
    Nous n'avons pas fait paraitre de catalogue pour cette expo. Vous trouverez un certain nombre d'informations dans l'ouvrage :
    "Sous la direction de René Andrieu, Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque du 21 octobre 2006, à Mortagne-au-Perche, éditions des Amis du Perche, collection « Trésor du Perche », 2008, 396 pages"
    Cordialement,

  • #3

    Muséales (mercredi, 27 août 2014 15:45)

    Afin de compléter mon précédent message, le contenu de l'expo est accessible par ce lien.
    http://www.hautperche.fr/communes/suite-tourouvre/