L'émigration percheronne au Canada

Ils s’appelaient Gagnon, Duchesne, Tremblay, Giguère. Ils sont partis de Mortagne, Tourouvre, Nantes, Paris. Ils se sont établis au Canada, dans les Pays-d’en-Haut, jusqu’en Louisiane. Ils ont fondé Québec, Trois-Rivières, Montréal, mais aussi Chicago. 
Ils ont franchi les rapides des rivières, traversé d’immenses forêts et affronté les rigueurs de l’hiver.
En fondant familles, ils ont bâti un nouveau pays.

Au XVIIème siècle, la province du Perche voit partir pour la lointaine Amérique du Nord 300 de ses enfants. Quatre siècles plus tard, l’épopée de ces premiers émigrants appartient à l’histoire française et canadienne. Des espoirs qui ont motivé les départs à l’installation des colons sur les terres de la Nouvelle-France, vous pourrez revivre cette épopée et découvrir comment se sont tissés les liens qui unissent, aujourd’hui, la France et le Canada.


Entre 1634 et 1666, 246 habitants de la Province du Perche ont quitté leur terre pour s’installer en Nouvelle-France. 80 d’entre eux étaient originaires de la paroisse de Tourouvre. Ils furent parmi les premiers habitants à construire leur maison, à défricher des terres immenses. Des milliers d’émigrants venus de toutes les régions de France les ont rejoints. Ainsi se développa le pays que Jacques Cartier, lors de sa deuxième expédition en 1535, avait appelé le « Canada ».

 

Hommes, femmes, seuls ou en famille, artisans, bûcherons, laboureurs, “filles du roi”, religieux, soldats, marins, ils ont été les premiers, au XVIIe siècle, à peupler le Canada. Ils sont partis de France, ont affronté l’océan, défié des hivers difficiles, défriché, bâti les premières maisons sur les rives du Saint-Laurent. Avec courage, ils ont tenté et réussi l’aventure du Nouveau Monde. Leurs lieux d'implantation ont été Québec (1608), la Côte de Beaupré, l’île d’Orléans (1634) et Montréal (1642).

 

Sous l’impulsion du médecin apothicaire Robert Giffard et des frères Juchereau, riches négociants de la Province du Perche, Tourouvre a été, avec Mortagne-au-Perche, Saint-Cosme-en-Vairais (dans l'actuel département de la Sarthe) et une trentaine d’autres paroisses de la province, l’un des foyers d’émigration les plus actifs.

 

Le Canada d’aujourd’hui reste marqué par l’aventure de ces hommes et de ces femmes. Pays bilingue, il compte le français comme langue officielle.